Achats et ventes d’or des banques centrales

Etant donné leur rôle historique lié au système monétaire de l’étalon-or, les banques centrales et les organisations internationales – à l’image du Fonds monétaire international (FMI) – ont été traditionnellement, et demeurent toujours, d’importants détenteurs d’or physique.

Même si la part de ce « secteur officiel » a baissé depuis le début des années 1970 quand le système monétaire international de monnaies-papier a coupé le lien avec le métal jaune, il est estimé qu’il détient toujours environ 20% du stock d’or physique dans le monde.

Le comportement des banques centrales et des organisations internationales – consistant à acheter, ou au contraire, à en vendre une partie de leurs stocks – a ainsi un impact sur le marché de l’or et son prix.


Suppression du rôle monétaire de l’or et ventes des banques centrales

Après la suppression de la convertibilité du dollar en or en 1971 par le président des Etats-Unis, Richard Nixon, le métal jaune a perdu le rôle qu’il jouait jusque-là dans le système monétaire international. Au cours des décennies qui ont suivi, les banques centrales ont cherché à vendre une partie des stocks d’or qu’elles possédaient.

Elles étaient ainsi vendeuses nettes d’environ 400-500 tonnes d’or par an en moyenne entre 1989 et 2007. Ces ventes ont contribué à la baisse du prix de l’or qui a eu lieu jusqu’à la fin des années 1990.


Les banques centrales se remettent à acheter de l’or

Au début des années 2000, le prix de l’or commence au contraire une hausse. Son rôle de « valeur-refuge » attire une partie des investisseurs qui craignent les effets de la politique monétaire de taux d’intérêt bas, suite au crash et à la bulle des « dotcom ». Ils veulent ainsi se protéger contre l’inflation liée à cette politique de faibles taux d’intérêt.

Les banques centrales changeront, elles aussi, leur attitude face à l’or, suite à la crise de 2007-2008. Des craintes vis-à-vis du système monétaire international actuel, une remise en question du dollar en tant que monnaie de réserve les poussent à changer de politique et à arrêter de se délester de leurs réserves d’or.

Elles sont ainsi, au contraire, devenues de nouveau acheteuses nettes dans leur ensemble en 2010, c’est-à-dire que les quantités achetées ont dépassé les quantités vendues cette année-là (voir Figure 1). Un tel changement arrivait alors pour la première fois depuis 1989.

Achats nets (en vert)/Ventes nettes (en rouge) d’or physique du secteur officiel* (2002-2012)

*Banques centrales et organisations internationales.
Source : World Gold Council, 2013.

La même situation s’est reproduite en 2011 et 2012. Les données pour 2013 indiquent aussi que la volonté des banques centrales de continuer à acheter de l’or se maintient et que celles-ci essaient de diversifier leurs réserves de change officielles, en augmentant notamment leur stock d’or.


Liens d'intérêt à ce sujet


Cliquez ici pour revenir à l'accueil



Les articles les plus populaires:

- Pump and Dump

- Vente à découvert




Une idée de sujet ou un commentaire ?

N'hésitez pas à nous le communiquer via notre formulaire de contact