Insider


Définition succincte

Appelé « initié » en français, un insider est un directeur ou un actionnaire détenant au moins 10% du capital d’une entreprise. Un initié connaît donc son entreprise mieux que quiconque. Les intérêts d’un insider sont alignés sur ceux de son entreprise. Il est donc sensé d’imiter les investissements des insiders dans leur propre société.

Ne pas confondre avec un délit d’initié

Les investissements des insiders dans leur propre entreprise sont permis mais à des conditions très précises. Il est illégal pour un initié d’acheter ou de vendre des titres de sa société en se basant sur des informations qui ne sont pas encore connues du grand public. Par exemple lorsque le PDG d’une entreprise vend des actions de sa société après avoir découvert que cette dernière va perdre un important contrat. On parle alors de délit d’initié.

Lorsqu’un insider achète des actions de sa propre société, cela signifie qu’il pense que le cours va monter. Un initié peut être au courant du lancement prochain d’un nouveau produit ou d’une possibilité de fusion avec une autre société, voire d’une vente de son entreprise. Les achats des initiés sont donc considérés comme un fort signal haussier pour le cours d’une entreprise.

Comment connaître les comportements des initiés

Votée après de nombreux scandales à Wall Street dont l’affaire Enron, la loi américaine Sarbanes-Oxley oblige les insiders à rendre leurs transactions publiques deux jours après leur conclusion. Ces opérations sont retracées dans le formulaire 4 (« Form 4 ») qui doit être envoyé à la SEC, la Securities & Exchange Commission. Ce formulaire est disponible sur le site EDGAR.

Les transactions des initiés sont également disponibles dans des médias grand public. Le Wall Street Journal leur consacre une rubrique régulière, intitulée Insider Spotlight. Les informations sur les opérations des insiders sont également disponibles sur les sites comme Yahoo ! Finance.


Gagner de l’argent grâce aux initiés

Les insiders peuvent vendre leurs actions pour tout un tas de raison qui n’ont rien à voir avec la santé de leur entreprise. Mais ils n’en achètent que s’ils sont convaincus que le titre va progresser. La loi leur interdit de revendre leurs actions dans les six mois qui suivent leur acquisition. Les transactions des insiders sont donc un indicateur de valeur à long terme, contrairement aux opérations des traders.

De nombreuses recherches académiques ont été consacrées aux transactions des initiés. L’une des plus célèbres a été menée par le professeur Nejat Seyhun, de l’Université du Michigan. Il a démontré que lorsque des initiés acquièrent des actions de leur société, leur cours surperforme le marché de 5,4% en moyenne.


Les pièges à éviter à propos des insiders

Il arrive que les initiés vendent massivement leurs actions, mais que celles-ci soient rachetées par leurs entreprises. Le signal négatif que constituent les ventes des initiés est donc dissimulé par le fait que les entreprises acquièrent leurs propres actions, parfois en s’endettant. Une lecture plus fine du comportement des insiders est donc nécessaire.

De tels rachats ont été nombreux entre 2004 et 2008, ou plus récemment au premier trimestre 2011, lorsque les entreprises américaines ont dépensé 124 milliards de dollars pour acquérir leurs propres titres. À chaque fois, les marchés d'actions ont reculé par la suite. Un investisseur aurait pu se protéger de cette baisse en étudiant les transactions des insiders.


Liens externes concernant les insiders



Cliquez ici pour revenir à la page Qui est qui ?


Cliquez ici pour revenir à l'accueil



Les articles les plus populaires:

- Pump and Dump

- Vente à découvert




Une idée de sujet ou un commentaire ?

N'hésitez pas à nous le communiquer via notre formulaire de contact