Le Loup de Wall Street


Biographie succincte

Le Loup de Wall Street est le surnom donné au trader américain Jordan Belfort dans les années 1990. Né le 9 juillet 1962, Jordan Belfort a gravi les échelons de Wall Street jusqu’à créer sa propre société de courtage, Stratton Oakmont. Adepte de drogues dures et de méthodes peu orthodoxes, Le Loup de Wall Street a purgé 22 mois de prison pour fraude financière.

Après être sorti de prison, Jordan Belfort s’est reconverti dans l’animation de séminaires pour entreprises. Il enseigne comment motiver les collaborateurs et comment atteindre le succès. Divorcé deux fois, Jordan Belfort est également l’auteur de deux autobiographies : The Wolf of Wall Street (Le Loup de Wall Street, en français) et Catching the Wolf of Wall Street. La première a été adaptée au cinéma par Martin Scorsese, avec Leonardo Di Caprio dans le rôle du Loup de Wall Street.

PUBLICITÉ

Pour obtenir plus d'information, veuillez cliquer ici

Les débuts de la carrière de Jordan Belfort

Ayant grandi dans le quartier du Queens à New York, Jordan Belfort a commencé sa vie professionnelle en lançant un négoce de viande et de fruits de mer. Après avoir fait faillite, le futur Loup de Wall Street a découvert le monde de la finance en 1987 chez le courtier LF Rothschild. De « connecteur » (chargé de joindre par téléphone des clients potentiels afin de les passer à des courtiers), Jordan Belfort est devenu courtier puis a fondé sa propre société de courtage.

La création de la maison de courtage Stratton Oakmont

Dans les années 1990, Jordan Blefort a fondé la société de courtage Stratton Oakmont. Sa spécialité consistait à placer des actions de sociétés introduites en bourse. La société aurait permis de lever près d’un milliard de dollars de capitaux pour 35 entreprises. Stratton Oakmont vendait également des actifs financiers de piètre qualité (notamment des microcapitalisations) en utilisant des techniques de vente malhonnêtes.

Chez Stratton Oakmont, le Loup de Wall Street a employé jusqu’à une centaine de courtiers, la plupart très jeunes et ambitieux.  Leur patron leur disait de « ne pas raccrocher avant que le client achète ou meurt ».  Jordan Berlfort et de nombreux employés de Stratton Oakmont consommaient des drogues dures et organisaient d’impressionnantes fêtes.

Stratton Oakmont est souvent décrite comme un « boiler room » (une chaufferie, en français). En 1992, Le Loup de Wall Street a gagné 49 millions de dollars à la tête de Stratton Oakmont.

Les frasques du Loup de Wall Street

Les fêtes organisées par Jordan Belfort impliquaient la consommation d’alcool et de drogues. Des concours de lancers de nains étaient régulièrement organisés, « mais en toute sécurité, je ne veux pas avoir mauvaise réputation », affirme le personnage de Belfort dans le film de Martin Scorsese tiré du livre The Wolf of Wall Street.

Jordan Belfort pilotait son hélicoptère personnel, même lorsqu’il était sous l’effet de substances. Une nuit de décembre 1993, le loup de Wall Street a réussi un atterrissage miraculeux sur le terrain d’entraînement au golf proche de sa propriété de Long Island, alors qu’il voyait double.

En plus de Loup de Wall Street, Jordan Belfort était également surnommé Gordon Gekko,  Don Corleone ou Kaiser Soze. Consommateur de nombreuses drogues, le Loup de Wall Street avait une prédilection pour la cocaïne et le Quaalude, un sédatif très populaire aux Etats-Unis.  Le Loup de Wall Street affirme avoir connu des périodes de deux mois sans sommeil.

Jordan Belfort a été le dernier propriétaire d’un yacht de luxe construit à l’origine pour Coco Chanel. En juin 1997, le « Nadine » (renommé ainsi en hommage à la deuxième épouse de Belfort) a coulé au large de la Sardaigne. Le Loup de Wall Street avait décidé de sortir en mer malgré les forts vents et les réticences de son capitaine.


La condamnation du Loup de Wall Street

Jordan Belfort a été condamné en 1998 pour fraude sur les valeurs mobilières et blanchiment d’argent. Après avoir coopéré avec le FBI, le Loup de Wall Street a passé 22 mois en prison. Jordan Belfort a également été condamné à rembourser plus de 100 millions de dollars aux investisseurs qu’il avait floués dans un « pump and dump ».

Les faits reprochés à Jordan Belfort

Jordan Belfort a provoqué des pertes de l’ordre de 200 millions de dollars pour des investisseurs pris dans une manipulation de cours qu’il avait organisée. Appelée « pump and dump », cette fraude consiste à acheter massivement des actions d’une société cotée tout en encourageant le plus possible d’investisseurs à en faire de même. Une fois que le cours de l’action a beaucoup progressé, les fraudeurs vendent leurs titres, dont le cours chute brutalement. (plus d’explication sur les pumps and dumps ICI)

Dans une interview à ABC, Jordan Belfort a reconnu avoir agi par appât du gain : « je souffrais d’une maladie appelée «Plus». Peu importe combien je possédais déjà, je voulais davantage. (...) Quand l’ambition devient de l’avidité, vous voulez faire le plus d’argent possible le plus rapidement possible, sans vous soucier de ceux qui en souffrent.»

« Les drogues que je consommais à l’époque ont certainement empêché les remords et la culpabilité de remonter à la surface », déclare notamment le Loup de Wall Street dans une interview à la télévision australienne.

Quatre ans de prison et 110 millions à rembourser

Jordan Belfort a expliqué que l’essentiel des activités de sa société étaient légales, mais que, cinq à six fois par année, il organisait des « pump and dumps », qui sont illégaux. Jordan Belfort affirme avoir été arrêté parce que, « au sommet de sa folie », il avait dissimulé de l’argent en Suisse auprès d’un banquier qui s’est fait arrêter pour avoir fournir les mêmes services à quelqu’un d’autre. Le banquier a coopéré avec la justice américaine et fourni une liste de noms, dont celui du Loup de Wall Street.

L’enquête sur les pratiques du Loup de Wall Street a été dirigée par le responsable de l’Autorité des marchés de l’Alabama, Joseph Borg (voir cet article à ce sujet). Ce dernier avait reçu de nombreuses plaintes de la part d’investisseurs ayant acheté des actions sur les conseils de Stratton Oakmont.


La reconversion de Jordan Belfort

Sobre depuis 1998, Jordan Belfort a rédigé deux autobiographies, The Wolf of Wall Street (Le Loup de Wall Street, en français) et Catching the Wolf of Wall Street. Dorénavant basé à Los Angeles, Jordan Belfort s’est spécialisé dans les formations et séminaires pour entreprises.

La nouvelle carrière du Loup de Wall Street

Durant son séjour en prison, Jordan Belfort a partagé une cellule avec l’acteur canadien Tommy Chong, connu pour ses comédies sur la marijuana. Lorsque le Loup de Wall Street lui a raconté son histoire, l’acteur lui a conseillé d’en faire un livre. Jordan Belfort a vu l’écriture comme un moyen de réconcilier son passé et son avenir.

Dans ses deux livres, Jordan Belfort décrit avec une brutale honnêteté sa vie passée à Wall Street et les erreurs qu’il y a commises. L’argent généré par le succès des deux ouvrages de Jordan Belfort, publiés dans une quarantaine de pays, a servi à rembourser partiellement les investisseurs floués par Jordan Belfort.

Le succès de Jordan Belfort en librairie a également généré des demandes d’interventions dans des conférences. Réticent au début, le Loup de Wall Street en a fait son activité principale. Jordan Belfort intervient auprès d’entreprises dans des séminaires destinés à motiver les collaborateurs ou à améliorer les ventes. Le Loup de Wall Street décrit son rôle comme l’enseignement de la vente, de l’influence et de la persuasion.

Le film The Wolf of Wall Street

L’histoire de la société Stratton Oakmont de Jordan Belfort a inspiré le film Boiler room, sorti en 2000. L’autobiographie du Loup de Wall Street a également été adaptée au cinéma par Martin Scorsese, avec Leonardo DiCaprio dans le rôle de Jordan Belfort. Le film The Wolf of Wall Street doit sortir en novembre 2013 aux Etats-Unis et en décembre 2013 en Europe.


Liens externes concernant Le Loup de Wall Street


Cliquez ici pour revenir à la page Qui est qui ?

Portrait de Jordan Belfort, aussi connu sous le sobriquet de « loup de Wall Street »


Cliquez ici pour revenir à l'accueil



Les articles les plus populaires:

- Pump and Dump

- Vente à découvert




Une idée de sujet ou un commentaire ?

N'hésitez pas à nous le communiquer via notre formulaire de contact