Le profil de risque de l'or


A l’image des différents actifs –actions, obligations, immobilier ou matières premières comme le pétrole, etc. – l’or a son propre profil des risques (risk profile).
Il consiste en une combinaison de :

  • risque de « marché » ;
  • risque de liquidité et surtout;
  • (absence de) risque de contrepartie ou de crédit.


Achat d’or et risque de « marché »

Il s’agit du risque que le prix de l’or s’avère moins élevé lors de sa revente en comparaison avec son prix d’achat, causant ainsi des moins-values pour l’investisseur.

Ce risque dépend directement de la volatilité du prix de l’or (voir l'article wiki-finance sur l'évolution du prix de l'or). Bien que considéré comme un actif volatil, l’or s’avère moins volatil sur de longues périodes que l’argent métal, le pétrole, et même certains indices majeurs d’actions (ces dernières étant régulièrement victimes de krachs boursiers).

Mais la volatilité de l’or présente également une particularité favorable à l’investisseur. Contrairement aux autres classes d’actifs, l’évolution de son prix est déconnectée de la santé de l’économie. Il a tendance à monter en cas de crise, de crashs boursiers ou d’importantes faillites et paniques bancaires permettant ainsi de protéger le patrimoine (l’or est réputé en tant que valeur refuge ou safe haven).


Achat d’or et risque de liquidité

Il s’agit du risque de ne pas être en mesure de revendre son or à cause d’absence d’acheteurs au moment de la revente. C’est un risque important pour les actifs financiers traditionnels : en cas de crash boursier, il est difficile de revendre ses actions sans subir des pertes et des moins-values importantes (il en est de même des obligations en cas de krach obligataire).

À ce titre, l’or est un actif universellement reconnu et fortement liquide partout dans le monde. Il continue généralement à être liquide même quand son commerce est légalement interdit ou en période de guerre.


Absence de risque de contrepartie

Il s’agit d’un risque inhérent à tout actif financier « papier ». En cas de défaillance de l’une des parties sur lesquelles reposent les actifs financiers, ces derniers perdent leur valeur.

Le risque de contrepartie pour les actions est ainsi représenté par le fait que la compagnie, dont l’investisseur est actionnaire, peut connaître la faillite. Dans le cas des obligations, c’est le risque que le débiteur se déclare en défaut de paiement. Dans les deux cas le capital investi est perdu en partie ou en totalité.

En revanche, l’or physique est connu pour son absence de risque de contrepartie quand on en est propriétaire (il n’est alors le passif de personne). La spécificité de l’or se situe précisément à ce niveau : il est l’outil si on veut éliminer le risque de contrepartie ou de crédit.

C’est l’absence de risque de contrepartie qui explique ainsi l’intérêt des investisseurs pour l’achat d’or physique afin de se protéger contre l’inflation, le risque systémique et l’effondrement du système monétaire international. Voir aussi l'article wiki-finance sur la demande d'or.


Liens externes concernant les risques de l'or


Cliquez ici pour revenir aux outils pratiques pour l'investissement.


Cliquez ici pour revenir à l'accueil



Les articles les plus populaires:

- Pump and Dump

- Vente à découvert




Une idée de sujet ou un commentaire ?

N'hésitez pas à nous le communiquer via notre formulaire de contact