Provenance des billets en euro

Le risque inflationniste réside dans la capacité des banques centrales de créer de la monnaie à partir de rien (contrairement au cas de l’or qu’elles ne peuvent « imprimer »). Selon un vieil adage, on dit alors que les banques centrales font tourner leur « planche à billets ».

Plusieurs « planches à billets » dans le cas de l’euro

Dans le cas de l’euro, c’est la Banque centrale européenne (BCE) qui est officiellement en charge de la politique monétaire. C’est donc elle qui en dernier ressort « pilote » normalement la quantité de monnaie en circulation dans l’économie.

Cependant, contrairement à la plupart des devises, tel que le dollar, l’euro est une monnaie dont l’émission dépend de plusieurs organismes dispersés dans les Etats-membres de la zone euro. Ce sont leurs banques centrales nationales qui sont en réalité « habilitées à émettre les billets en euros ».

Il existe donc concrètement plusieurs « planches à billets » pour imprimer les billets en euros. Il s’agit d’une situation institutionnelle décentralisée qui permet plus difficilement de contrôler la création monétaire notamment en cas de crise de l’union monétaire, comme l’illustre le cas de la Yougoslavie en 1992-1994, l’une des pires périodes d’hyperinflations dans l’histoire.


Les codes des pays émetteurs

Chaque banque centrale nationale dispose ainsi d’un code en tant qu’émettrice d’euros. L’émetteur doit être distingué de l’imprimeur, i.e. l’entité qui imprime physiquement les billets et qui peut, dans certains cas, être différente ou non (identifiable elle-aussi).
Ce code pays figure sur chaque billet « imprimé » jusqu’en 2013, à l’exception des billets de 5 euros de la nouvelle série « Europe » (voir ci-dessous).


Tableau 1 : Les codes pays sur les billets en euros de la première série

(1) Les billets en euros émis par la Banque centrale du Luxembourg et qui n’ont pas encore été mis en circulation portent le code des banques centrales des pays où sont produits les billets destinés au Luxembourg.

Source : BCE.

Tout billet dont le numéro commence par un Y est ainsi émis par la Banque centrale grecque, même s’il se trouve physiquement ailleurs ; s’il commence par la lettre G, il provient de la Banque centrale de Chypre.

Les billets en euros émis par les différentes banques centrales sont, en principe, parfaitement « fongibles », à savoir qu’ils sont interchangeables entre eux et qu’ils sont officiellement acceptés partout dans la zone euro (notion de cours légal).

La série « Europe » et la suppression du code pays

Il s’agit d’une deuxième série de sept billets en euros (billets de 5, 10, 20, 50, 100, 200 et 500 euros), introduite à partir de 2013. La première coupure de la nouvelle série est celle de 5 euros, présentée en janvier 2013 et mise en circulation depuis le 2 mai 2013.

Il est à noter que parmi les différents changements graphiques (une carte modifiée de l’Europe, nouvelles couleurs, etc.) figure également la suppression du code du pays émetteur. Le numéro, inscrit horizontalement et en noir sur les nouveaux billets, contient deux lettres et dix chiffres. Seul l’imprimeur est désormais désigné par la première de ces deux lettres (voir Tableau 2).

Tableau 2 : Lettres désignant les imprimeries des billets de la série « Europe »

Source : BCE.

Dans certains cas, il reste toujours possible de deviner l’émetteur du billet, quand celui-ci dispose des équipements nécessaires à l’impression des billets. C’est le cas par exemple de la France (lettre U), de l’Allemagne (lettre X) ou de la Grèce (Y). En revanche, il ne sera plus possible d’identifier par exemple les euros émis par la banque centrale de Chypre qui ne dispose pas de ses propres capacités d’imprimeur d’euros.

Liens externes concernant l’émission et l’impression des billets en euros


Cliquez ici pour revenir aux outils pratiques pour l'investissement.


Cliquez ici pour revenir à l'accueil



Les articles les plus populaires:

- Pump and Dump

- Vente à découvert




Une idée de sujet ou un commentaire ?

N'hésitez pas à nous le communiquer via notre formulaire de contact